lundi 13 janvier 2014

Mini-tubes et Sgraffito

Mini-tubes

Mini-tubes pour stockage court de tempera
J'ai préparé deux couleurs putrides (rouge de Venise et hématite, pour les couleurs chair) que j'ai mises en conserve dans de petite sachets-tubes en papier de cuisson pour la pâtisserie.  En utilisant la même technique que pour remplir des tubes de métal, je me suis simplement arrêté à la mise de la pâte pigmentaire dans un rouleau de papier ; j'en ensuite scellé une extrémité avec du papier collant de peintre ; j'ai ensuite expulsé l'air de l'autre côté en roulant la feuille  ; finalement j'ai clos cette dernière extrémité selon le même principe.
Cela isole la peinture de l'air, c'est facile à stocker.
Ce que je fais en attendant de pouvoir les utiliser, aussitôt que les tonalités des chevelures seront établies.

Sgraffito

Définition de la chevelure
J'ai passé un peu de temps à préciser la chevelure de Marthe et Marie.   Pour ce faire, j'ai utilisé la technique du sgraffito -grattage- qui se pratique à l'aide d'un bâtonnet de bois pas trop pointu, mais tout de même capable d'entamer la couche picturale. Dans le cas des cheveux de Marie, on se souvient que le bleu était allongé d'un médium à la résine dammar...
[(1 j + 1d + 3 ô). J'aurai donc pu envisager des éclaircissements avec un chiffon imbibé d'essence de térébenthine.  Je le ferai peut-être ultérieurement.]
... il faut donc un outil suffisamment fort pour entamer la résine, sans labourer le support. Le résultat est assez probant.
Je trouve cependant que la couleur trop sur le turquoise. Je vais donc ajouter un voile (glacis) dans les rouges, quitte à réchauffer ensuite avec un peu d'ocre doré.  On verra.
Quant à la chevelure de Marthe, j'en ai précisé la structure avec la même technique, avec en plus quelques traits de crayons rouges. 

Détail du sgraffito
Je n'insiste pas trop car nous en sommes au tout début pour ce qui la concerne.



Je ne tiens d'ailleurs pas vraiment à détailler cette chevelure-ci, car elle n'est pas le sujet de cette image.  Marthe, en effet, représente la présence charnelle par son corps, alors que pour Marie c'est de présence spirituelle qu'il s'agit et la chevelure en est le symbole archétypique.